Chlorella produite en Europe, micro algue de grande qualité précieuse pour la santé

Futures mamans, le saviez vous ?  28/08/2007

Loris

Les polluants chimiques tels que les dioxines, les polychlorures biphényls (PCBs) qui sont largement présents dans notre environnement s'accumulent dans notre organisme. Ils sont toxiques et peuvent être la cause de nombreux troubles de la santé.

Malheureusement ces polluants traversent la barrière placentaire et ils sont contenus dans le lait maternel. Les foetus puis les nourrissons sont d'autant plus exposés que les mères possèdent une forte concentration de ces polluants.

Des études ont été menées au Japon pour trouver des solutions visant à diminuer l'accumulation des dioxines et des PCBs. Parmi les nombreuses solutions testées pour y parvenir, celle qui a consisté à introduire dans l'alimentation des produits riches en fibres et en chlorophylle, a montré une surprenante efficiacité .

Il est donc fortement recommandé aux futures mamans d'avoir une alimentation seine et enrichie en produits contenant des fibres et très riches en chlorophylle.

Publications:
Shiro Nakano and co., Chemosphere volume  61, Issue 9, dec  2005, pages 1244-1255 et Yoji Mochida and co., Fukuaka Acta Med. 98 (4): 106-113, 2007

L'étude a montré qu'une consommation de 6 grammes par jour de chlorella durant la grossesse permettaient de réduire d'environ 30% la concentration de dioxines dans le lait maternel.

Il n'est donc que trop recommander aux futures mamans de mettre en place ce régime le plus tôt possible et de le maintenir.


Une étude de McGill fait le lien entre l'allaitement maternel et l'intelligence 5 mai 2008

L’allaitement prolongé et exclusif stimule le développement cognitif des enfants La plus vaste étude sur échantillon aléatoire jamais réalisée au sujet de l’allaitement maternel conclut que celui-ci produit une hausse du quotient intellectuel des enfants et une amélioration de leur rendement scolaire. Ce sont là les constatations d’un chercheur de McGill et de son équipe.

Dans un article intitulé « Breastfeeding and Child Cognitive Development, » publié dans le dernier numéro de la revue Archives of General Psychiatry, le dr Michael S. Kramer, directeur scientifique de l’Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents (IDSEA) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), rend compte des résultats d’une étude portant sur un groupe de 14 000 enfants qui ont été suivis pendant six ans et demi.

« Notre étude constitue la preuve la plus flagrante à ce jour qu’un allaitement maternel prolongé et exclusif rend les enfants plus intelligents », a déclaré le Dr Kramer, professeur de pédiatrie, d’épidémiologie et de biostatistique à la Faculté de médecine de l’Université McGill. Le Dr Kramer était le chercheur principal pour cette étude.

Le Dr Kramer et ses collègues ont évalué les enfants au Bélarus, dans 31 hôpitaux et cliniques. La moitié des mères avaient été exposées à une intervention visant à encourager l’allaitement maternel prolongé et exclusif. Les autres avaient continué de recevoir les soins et le suivi habituels offerts par leur maternité et par leur service externe de pédiatrie. Ainsi, les chercheurs ont pu évaluer les effets de l’allaitement maternel sur le développement cognitif des enfants sans que les résultats soient biaisés par des divergences dans des facteurs tels que l’intelligence de la mère ou sa façon d’interagir avec le nourrisson.

La capacité cognitive de chaque enfant a été déterminée à l'aide de tests d'intelligence administrés par leurs pédiatres et des évaluations par les enseignants au sujet de leur rendement scolaire en lecture, en écriture, en mathématiques et dans d’autres matières.
Ces deux ensembles de paramètres ont donné des résultats nettement supérieurs dans le groupe choisi au hasard pour faire l’objet de la promotion de l’allaitement maternel.

« L’effet de l’allaitement maternel sur le développement du cerveau et l’intelligence est depuis longtemps un sujet très débattu, explique le Dr Kramer.
La majorité des études étaient associatives.
A présent, grâce à la nature aléatoire de notre étude, nous pouvons établir une inférence plus causale entre l’allaitement maternel et l’intelligence. »

L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada

Renseignements généraux - Université McGill
Pavillon James (administration), 845, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec) H3A 2T5 


source : BE Canada numero 337 (27/05/2008) - Ambassade de France au Canada / ADIT -
http://www.bulletins-electroniques.com

Nouveau commentaire :